Lydia, maman cool d’Isaac et Nelson, 3 ans.

Lydia, maman cool d’Isaac et Nelson, 3 ans.

2 décembre 2018

Dans la catégorie super-héroïne, je demande Lydia. Maman cool de Nelson et d’Isaac, 3 ans, cette amoureuse de musique a trouvé l’harmonie dans sa famille. Une tribu formée à force d’optimisme et de patience. Et un combat pour être maman qui force l’admiration. Rencontre avec un sourire communicatif. 

Héroïne moderne

Il y a de ces couples qui vous inspirent. Beaucoup. Geoffroy et Lydia sont de ceux là. Amoureux depuis 8 ans et parents de deux petits garçons, ils ont bataillé plusieurs années pour concrétiser leur rêve de famille. Une période délicate durant laquelle les bonnes rencontres sont primordiales : “Ça a été une vraie bataille, comme pour tous les couples qui n’arrivent pas à avoir d’enfant. Chacun vit ensuite les choses à sa manière. Moi, je suis une combattante, j’ai mis mon mal être de côté et je me suis dit : ok, on y va !” Prendre le plus possible de recul sur la situation, ne pas se laisser déborder par ses émotions, c’est par ce biais que Lydia a traversé cette aventure semée d’embuches. 3 ans, 4 inséminations, 3 FIV, une opération…Et des allers-retours à l’hôpital aux côtés de médecins compétents mais qui, pour certains, agissaient sans écouter et sans comprendre : “Au début, nous sommes passés par une clinique privé qui donnait le sentiment d’aborder chaque parent comme un numéro. J’avais tendance à me dire que l’essentiel était de consulter des médecins qui maîtrisent la technique. Le reste, peu importe, je prends mon mal en patience. Mais c’était une erreur. S’entourer de médecins qui abordent l’aspect psychologique des choses et ne font pas l’impasse sur l’humain est très important. Peut-être qu’un jour je me poserai pour partager mon expérience d’une manière ou d’une autre. Si c’était à refaire, je serais plus “exigeante” sur cet aspect là. Car la force qui anime Lydia s’avère être parfois une faiblesse  : “Il faut prendre soin de soi. Ce côté “Tu acceptes et tu avances” me vient clairement de mon éducation. Une éducation togolaise stricte qui véhicule l’idée qu’il faut avancer et ne pas se plaindre. Aujourd’hui, qui plus est depuis que je suis maman, je change d’approche et je dis qu’on a le droit de se plaindre. C’est normal et c’est sain. Quand mes fils tombent et se font mal, je leur dit que c’est naturel de pleurer et de se plaindre à ce moment là.”

 

Deux amours dans la tempête

Quand arrive cette grossesse tant attendue, le couple est aux anges mais Lydia reste sur une certaine réserve :”Je suis restée sur la réserve jusqu’à ce que je sorte de la maternité avec mes fils en fait ! Je n’étais pas du tout déprimée mais j’étais centrée sur moi, en attente, comme sur un fil. Il fallait que je sois dans le concret.” D’ailleurs, Lydia le dit :  le plus beau jour de sa vie a été quand elle rentrée avec Nelson et Isaac dans leur cocon familial. Un souffle de bonheur qui, par la force des choses, a côtoyé le le dernier souffle du papa de Lydia. “J’ai perdu mon père 2 mois après la naissance de mes fils. J’ai donné la vie et j’ai perdu la vie en même temps. Deux sentiments cohabitaient. J’avais beaucoup de choses à contenir et à gérer, et en même temps je m’étais mise dans un mode de survie qui me rendait très calme et détendue. Mes copines pensaient venir chez moi et que ça allait être Bagdad, alors qu’au contraire j’étais assez zen.” Il faut dire que l’arrivée de deux enfants dans la vie de Lydia et Geoffroy, alors qu’ils envisageaient presque l’idée de ne jamais en avoir, s’est présentée comme un cadeau. “Les jumeaux ce n’est pas si dur à gérer. Ils sont toujours au même stade. Quand un est malade, l’autre a la même chose en même temps. On traite tout en bloc !” s’amuse Lydia “Pour le reste, c’est de l’organisation. Et le mercredi, je suis off donc je peux partager des bons moments avec Nelson et Isaac”. D’ailleurs comment avez-vous choisi les prénoms de vos enfants ? “On a choisi Nelson pour Mandela et Isaac pour Newton.” Deux personnalités différentes aux prénoms inspirés qui enchantent le couple : “Nelson adore la musique, il a une super oreille musicale. J’ai fait 10 ans de piano et dès que je suis à la maison, j’écoute la musique donc c’est parfait ! Isaac est quant à lui très manuel et minutieux. Il s’intéresse à tous les outils, tous les petits boutons…j’ai d’ailleurs découvert des choses sous nos appareils grâce à lui ! Dernièrement il était obsédé par l’aspirateur. Je lui ai appris à s’en servir. Ce n’est pas plus mal !” s’amuse Lydia. 

 

Terrible two !

Comment se sont passées ces 3 premières années à la tête d’une tribu de deux garçons ? “J’ai trouvé que la vraie difficulté était de gérer les 2-3 ans. Les enfants ne contrôlent évidemment pas leurs émotions, ils sont plus autonomes mais ont besoin de nous, de notre participation, de notre attention…Et au milieu de cela, il faut rester zen même après une journée de boulot. J’ai trouvé ça assez difficile !” Mais Lydia n’est pas du genre à se laisser dépasser et n’hésite pas à poser quelques questions à une pédopsy, histoire de dénouer les noeuds…et aussi de déculpabiliser : “Ça m’a fait du bien d’aller voir une spécialiste. On n’est pas suffisamment armé face à la psychologie des enfants. J’ai par exemple compris que si mes enfants ne voulaient pas se coucher, c’était parce qu’ils avaient très envie d’être avec nous. C’est du bon sens mais c’est bien de l’entendre. Ça fait baisser la pression et comprendre plus de choses. “Il ne faut pas avoir peur d’accepter l’aide d’une tierce personne, qui plus est un professionnel.” Une sagesse à l’image de cette maman, drôle, attentive et pleine de projets pour ses petits : “J’aimerais voir mes enfants devenir des adultes libres et indépendants.” Avec une maman comme Lydia, tout laisse à penser que Nelson et Isaac vont relever haut la main le défi…

 

 

 

 

 

3 commentaires

  1. 3 décembre 2018, 11h28

    Un super portrait !

  2. Bicheyre laetitia
    4 décembre 2018, 14h55

    Supers chroniques . Le parcours de Lydia… je l ai courru aussi … et quel.bonheur d être une famille un jour .
    Merciii

  3. Amandine
    6 décembre 2018, 12h12

    Merci Laetitia. Il est en effet important et bénéfique de partager ce type de parcours que rencontre de plus en plus de couples. La force de Lydia est contagieuse 🙂

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !