L’invité du Mag, c’est la rencontre d’une personnalité et d’une problématique.
Pour quelques lignes, le Mag lui appartient. Il est sien. Le ton, le style et l’histoire qu’il raconte lui sont propres.

Aujourd’hui c’est Mille Maria, maman danoise et fondatrice de Rock that Museum, un compte Instagram dédié aux enfants et à l’art. Nous lui avons posé quelques questions sur sa vie, son métier, sa famille et sur la manière dont elle a initié ses filles à l’art.

IMG_0348

Je m’appelle Mille Maria. J’habite à Nørrebro, un quartier vivant et multiculturel de Copenhague, avec mon compagnon Jonas et nos quatre filles (Alma, 14 ans, Hannah, 10 ans, Olivia, 6 ans et Bella, 4 ans).

Mon compagnon et moi travaillons tous les deux dans le monde artistique.  Je suis directrice de la communication du musée Ordrupgaard au nord de Copenhague et Jonas est chef de projet digital à la Galerie Nationale du Danemark. Nous passons beaucoup de notre temps libre dans les musées, l’art fait partie intégrante de nos vies.IMG_1913

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été passionnée par l’art. J’ai des centaines de souvenirs au musée : quand j’étais enfant, avec mes parents dans des musées classiques à déambuler entre colonnes imposantes et les escaliers de marbre, ou plus tard, en grandissant, dans de petites galeries, où j’ai découvert ma passion pour l’art contemporain. J’ai un master en littérature anglaise et en histoire de l’art. Après mes études je savais que je voulais travailler dans le secteur artistique. J’avais récemment découvert Instagram et j’aimais parler de mes coups de cœur artistiques à travers de jolies photos carrées, de manière très libre. Mon compte personnel (@missmillemaria) m’a beaucoup aidée, il m’a permis de décrocher quelques stages en tant que responsable des réseaux sociaux dans plusieurs institutions artistiques. Après de multiples stages, rencontres et coups de chance, j’ai enfin trouvé mon emploi actuel : au beau musée Ordrupgaard, où je fais ce que j’aime, entourée d’œuvres de Monet, Manet, Gauguin et Renoir, mais aussi d’Olafur Eliasson, Jeppe Hein, Carsten Höller, Simon Starling et bien d’autres.

IMG_0960

Quand ma fille aînée est née, j’ai décidé de ne pas mettre de côté ma passion, sachant que cela serait un véritable défi pour une nouvelle maman. Mais j’étais déterminée. Alors qu’Olivia n’avait encore que quelques mois, je l’ai emmenée dans un musée pour la première fois. On a passé un bon moment – sans aucune crise particulière. Je me suis sentie tellement fière, de réussir en tant que maman, à me promener au musée avec mon bébé ! Au fur et à mesure qu’elle a grandi, je lui ai parlé des expos qu’on allait voir. J’adore quand elle me donne son avis sur une oeuvre : les enfants sont les meilleures critiques d’art.

Quand ma petite dernière est née, seulement 18 mois après sa sœur, c’était encore un nouveau challenge ! J’avais un bébé dans une poussette et l’autre dans une écharpe de portage. Quand l’une avait faim, l’autre s’endormait, ou elles commençaient à pleurer toutes les deux… Les sorties étaient un peu compliquées, mais on a rapidement pris le coup de main. Maintenant plus rien ne nous fait peur !

Les enfants sont un bouleversement incroyable pour plusieurs raisons (la plupart du temps positives !) mais je crois vraiment qu’on peut décider de la vie qu’on souhaite mener, et tout faire pour y arriver. J’essaie de faire vivre ensemble ma passion, mon travail et mes enfants le plus possible, sans mettre de cloisons. C’est ce qui m’a poussée à créer @rockthatmuseumkid.

Processed with VSCO with a2 preset

Vivre des expériences artistiques avec nos filles fait partie intégrante de notre identité familiale, et je ne pourrais pas vivre sans cela. En parlant des enfants et de l’art autour de moi, je me suis rendu compte que cela faisait peur à certains parents. La plupart des parents sont enthousiastes, ils aimeraient y arriver, mais ils sont aussi un peu perplexes. Ils voudraient faire découvrir l’art à leurs enfants, mais ils abandonnent l’idée avant même d’être sortis de chez eux. Cela leur semble compliqué : ils craignent que leurs enfants s’ennuient, qu’ils fassent une crise ou abîment une oeuvre. @Rockthatmuseumkid, c’est avant tout l’idée de créer une nouvelle manière de visiter les musées. Pour démarrer, je recommande aux parents d’emmener une première fois leurs enfants dans une galerie ou un musée : c’est le premier pas. Souvent, ils sont agréablement surpris quand leurs petits s’intéressent aux tableaux et apprécient le moment passé en famille. Les enfants ont une aptitude naturelle à regarder une oeuvre d’art. Ils sont curieux, sans filtres, et voient des choses que nous, les adultes, ne voyons pas. Leur imagination est fascinante. Même s’ils n’apprécient pas une exposition en particulier, ils adorent se promener avec leurs parents et surtout, profiter d’un moment en famille sans nos portables, nos tablettes ou la télé.

FullSizeRender_2

Mes filles ont des musées préférés. Elles adorent le grand jardin du Musée d’Art Moderne Louisiana, et son aile consacrée aux enfants. Elles adorent aussi la Galerie Nationale du Danemark, et les fêtes sur la pelouse que le musée organise quand il fait beau. Bien sûr, elles aiment me rendre visite à Ordrupgaard, où elles explorent le parc de sculptures. Elles aiment particulièrement le dédale de miroirs de Jeppe Hein et le champignon géant de Carsten Höller. J’aime l’idée qu’elles grandissent comme ça avec l’art dans leur vie. Quel luxe ! L’art nous apprend sur nous-mêmes, sur les autres et sur le monde dans lequel nous vivons. Les espaces réservés aux arts sont des lieux de contemplation profonde mais aussi d’amusement et de découverte. J’adore l’apprendre à mes filles, et avec @Rockthatmuseumkid, j’espère inspirer d’autres parents !Processed with VSCO with c1 preset

1 commentaire

  1. 22 mars 2018, 9h11

    Bonjour Béné Un grand merci! Je suis ravie que tu y trouves ton bonheur. Dans deux mois, j’aurais fait la chauvine et répondu que mon guide est le meilleurmais il ne sort qu’en mai. Du coup, je dirais qu’un Routard ferait bien l’affaire (en espérant qu’ils l’aient mis un peu à jour, vu que Copenhague est une ville qui évolue vite), ou bien un Cartoville, dont le format est très pratique pour un séjour de 3 jours.

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !