2P6A4028

Cynthia habite Malakoff. Son adresse du moment est un petit café concept store, Le Petit Larousse “On peut y prendre un café, un gâteau, il y a des objets vintage et c’est kids friendly. On attendait un endroit comme ça dans le quartier.”
Son addiction ? Les films d’horreur très très gore. “On partage ça avec Cyrille. C’est un peu cathartique. Plus c’est gore, plus j’adore. Ça me permet de lâcher la pression.”
La personne qui l’inspire particulièrement est Sophie Calle. “De ses histoires personnelles elle fait une matière et fabrique autre chose. Elle relativise.”
Son truc anti-stress ? “Un hand spiner.”
Sa passion ? “J’aime l’art contemporain. Je vais dans des galeries, je fuis les grandes expos. J’adore le street art.”
Un truc à changer dans le monde ? “Un peu plus de solidarité pour un peu moins d’égoïsme.”

Cynthia est la maman de Colette. Elle nous raconte l’histoire du choix du prénom. “Nous sommes tous des C : Cyrille, Cynthia, Clara. Il était important de continuer. J’aimais beaucoup Céleste mais j’ai eu un veto parce que c’est la femme de Babar ! On aimait les prénoms anciens et ma grand-mère s’appelle Colette. Et puis Coco et Colette sont deux grandes femmes, deux grandes personnalités. Des esprits libres et je voulais ça pour ma fille.”

La maternité était une évidence pour toi ? “Non pas du tout, je suis devenue mère tardivement. J’ai bien profité avant. J’ai d’autres amies qui sont devenues mères au même âge que moi. On se rend compte qu’on ne se plaint jamais. Nous avons toutes attendu et désiré cette grossesse. Ma maternité a été mûrement réfléchie.
L’instinct maternel ? Je pense qu’il y a une part d’inné, quelque chose d’un peu animal. J’ai adoré le 0-3 mois de Colette, j’avais l’impression que c’était un prolongement de ma grossesse. Je la portais tout le temps. Je ne me sentais pas freinée dans ce que je faisais.
Après, beaucoup de choses s’apprennent. On fait des erreurs. On se trompe.”

2P6A3996

Cynthia est une maman plutôt cool à tendance laxiste !  “Il faut que je me surveille. Heureusement le papa est plus sévère. J’ai reçu une éducation stricte alors je voudrais que Colette puisse garder des moments précieux d’enfance, avec des pétages de plombs comme manger avec ses doigts, ou sauter dans les flaques !”

Notre maman cool a un frère et une soeur avec qui elle s’entend très bien. Tous ont eu un enfant la même année. “Ma mère a failli tomber dans les pommes quand on lui a appris simultanément que nous allions tous devenir parents. Elle n’y croyait plus. Nous étions déjà très proches et ça nous a soudé encore plus. On s’organise pour que les cousins passent du temps ensemble.”

La maternité t’a changée ? “Je vois moins mes copines, mais on profite plus des choses. Chaque dîner, chaque sortie est plus intense. On parle vrai parce qu’il y a moins de moments. Devenir mère, c’est une vie qui change, mais ce changement se fait naturellement si c’est le bon moment !”

2P6A4168
Pour Cynthia, être femme et mère n’est pas incompatible. “Il faut garder des moments pour soi. J’essaie un vendredi par mois de prendre une journée de RTT pour moi. Je laisse Colette à la crèche et je fais des choses qui me font plaisir. C’est une question d’équilibre.”

Et la fameuse charge mentale ? “On en a beaucoup entendu parler ! c’est devenu une running joke avec Cyrille. Oui c’est très vrai. Moi je réfléchis, j’organise, je me fais des post-it dans ma tête ! Lui se dit que tout est simple et que tout peut se faire à la dernière minute. Il y a une fatigue mentale qui s’installe.”

Côté bureau, Cynthia est responsable de la marque LU. Lorsque nous évoquons les questions écologiques, elle me répond qu’elle se sent concernée, par son travail mais aussi à la maison. “Nous avons une filière de développement durable. Cela a été l’occasion de me documenter, d’apprendre plus. On fait attention à la biodiversité. Par exemple on plante des fleurs sur les bordures des champs de blé pour faire venir les insectes pollenisateurs. À la maison nous essayons au quotidien de faire attention. En commençant par trier nos déchets. Dans la consommation aussi, il faut se poser la question du besoin réel.”

Cette maman cool est aussi belle maman, je lui demande de nous parler de sa relation avec Clara. “Elle avait huit ans, lorsque je l’ai rencontrée. J’avais l’impression d’être la grande sœur un peu cool. Elle-même m’admirait, elle voulait me tenir la main quand on sortait… Nous avions une relation hyper sympa. Là, nous sommes dans l’adolescence, ce n’est pas facile. Mais je suis heureuse de l’avoir connue avant. Notre relation est plus forte. Il y a de l’amour et du respect. Elle fait partie de ma famille. Si on fait ce choix de famille recomposée, il faut y aller à fond.”

Des souhaits pour l’avenir de Colette ? “J’ai été très sensible au discours du fils de Simone Veil, lors de l’enterrement de sa mère. Il disait qu’elle ne s’arrêtait pas sur ses résultats scolaires en dents de scies, mais faisait particulièrement attention à son éthique, à ses jugements. C’est inspirant. C’est ce que je voudrais pour Colette, qu’elle ait une éthique et qu’elle ait confiance en elle.”

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !