Le collant et moi c’est un peu je t’aime moi non plus. Je l’ai jeté sans scrupules au premier rayon de soleil pour exhiber une gambette nue, blanche (et un peu sèche). Mal m’en a pris. M. Météo (qui est devenu mon présentateur préféré depuis le gros nuage islandais) me fait vicieusement comprendre qu’après les 27° de la semaine dernière je ne pouvais pas espérer plus de 10° cette semaine. Je me redirige donc en trainant la patte vers le placard où gisent des dizaines de collants fripés, emmêlés, troués… Un sentiment de culpabilité m’envahit quand je repense à la démarche faussement assurée que j’adopte l’hiver en mini-jupe parce que  moi je n’ai pas de cellulite, pas de vergetures, pas de varices, pas de capitons, parce que je ne suis qu’un muscle dissimulé sous un collant TRÈS TRÈS opaque. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, je suis une femme à collants.

Pas évident de trouver une paire de collants qui vous va comme un gant, qui ne se file pas en une demi-journée, qui ne gratouille pas, ne serre pas la taille (c’est tellement sexy un collant !) ou ne  descend pas toutes les trente secondes. Le pire c’est que plus votre ventre s’arrondit, plus le noeud au cerveau grandit : comment vais-je trouver un collant de grossesse qui survivra aux 9 prochains mois et à la fraîcheur de la Bretagne cet été (je transpose !) ?

émoi émoi a pensé à tout (enfin..ce sont surtout Fab9 et Pietro Brunelli, 2 marques maternité quasi introuvables en France, qui ont trouvé). Des collants qui vous galbent la gambette pour neuf mois, avec un système montant sous la poitrine et des coutures qui ne font même pas mal.  Et un choix de coloris (naturel, marron, noir c’est déjà pas mal !), de deniers (vous êtes plutôt 20D ou 80D ?) et de motifs inédits (puisqu’on vous dit que vous allez porter du jacquard cet été !).

émoi émoi - collants de grossesse

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !