Elle était si belle, cette banquette danoise. Et puis un jour, on s’est dit que le confort, c’était bien aussi. On pense à la revendre depuis un mois, deux mois… comme ce berceau devenu trop petit. Et si on louait nos meubles la prochaine fois ? C’est ce que l’on a fait pour notre pop-up d’été grâce à Géraldine, la fondatrice d’Adopte 1 Intérieur. Elle propose aussi aux parents d’accueillir chez eux à de beaux meubles, vintage ou contemporains, pour 6, 12 ou 24 mois. Ou de les acheter, s’il est trop difficile de s’en séparer. On retourne avec elle aux origines du concept. Et on en profite pour lui demander comment faire grandir la chambre des minis en même temps qu’eux.

 

L’histoire d’une bonne idée

Le concept d’Adopte 1 Intérieur s’est installé petit à petit dans l’esprit de Géraldine Bouix et Frédéric Olivier. Dans son agence de décoration d’intérieur, elle connaissait bien les demandes des parents : multiplier les rangements, faire apparaître une chambre supplémentaire, oser sans se tromper… L’arrivée d’une petite Constance donne envie au couple de se faire plaisir à son tour. Mais en quelques mois, leur fille a bien grandi et il est déjà temps de tout changer.

Alors, pourquoi ne pas louer les meubles, les jouets, les accessoires, plutôt que de les acheter ? « En parlant du concept autour de nous, on voyait que l’idée était bien accueillie. Et ma philosophie est qu’il vaut mieux connaître un échec plutôt que d’avoir des regrets, alors nous nous sommes lancés. »

 

Avant l’arrivée de bébé

Cela peut sembler contre-intuitif, surtout lorsqu’on veut être prêt à 100% pour bébé, mais Géraldine conseille de ne pas trop anticiper. « Dame Nature est imprévisible. On ne connaît pas toujours le sexe de son futur bébé, la date de la naissance du prochain… Et qui est capable de dire aujourd’hui où il sera dans 5 ans ? »

Cette réalité est au cœur d’Adopte 1 Intérieur. Plutôt que de s’engager à long terme, la location présente l’avantage de prévoir différemment. De se préparer aux surprises à venir en s’offrant un peu plus de flexibilité, une ressource précieuse pour rester serein lorsque la vie propose ou impose un tournant. Et de se donner la liberté de suivre ses envies, sans avoir à pousser les murs.

 

Quand ils sont petits

Aller à l’essentiel. C’est sans doute le meilleur conseil que l’on puisse donner à de jeunes parents pour préparer la première chambre. Surtout si l’on est pris par le temps. « Un berceau dans la chambre parentale est idéal pour les premières semaines. Un couffin permettra aux parents de pouvoir se déplacer avec bébé. J’ajouterais un fauteuil confortable, pour le nourrir en pleine nuit, et une commande qui servira aussi de table à langer. »

Ces trois indispensables suffisent amplement lorsque les mètres carrés sont comptés. Quitte a réévaluer ses besoins et à louer quelques pièces supplémentaires un peu plus tard. À partir de 2 ans, leur lit devra gagner quelques centimètres pour rester confortable. « On peut leur offrir leur premier bureau avec une petite chaise, et plus de rangements pour les jouets qui commencent à s’accumuler. »

 

Quand ils sont plus grands

Leur chambre doit suivre le mouvement. Le lit s’allonge encore, la commode cède la place à l’armoire, et leurs avis s’affirment. « Pour certains parents, impliquer son enfant, c’est devoir supporter une chambre Reine des Neiges, Foot, Pirate… Quand j’avais mon agence, ils me contactaient aussi pour éviter cela. » Géraldine leur suggère aujourd’hui de louer pour tester, et pour permettre à leurs enfants d’expérimenter. Si les goûts de tout le monde ne s’accordent pas, ce n’est que pour quelques mois.

C’est aussi une manière de les sensibiliser aux beaux matériaux, à la qualité d’un objet qui défie le temps. « On peut mettre en scène des pièces de designer ou de beaux meubles vintages dans leur chambre, pour éduquer leur œil : une chaise Bertoïa, un fauteuil Ercol, une chaise Baumann, une commode Minvielle ou un secrétaire J. Hitier. » Des objets plus accessibles si l’on choisit de les louer.

 

Et quel que soit leur âge

En parlant de belles choses, se sentir bien dans sa chambre, c’est aussi une question de style. Celui que l’on cherche, des magazines de déco aux apparts des amis, parfois sans le trouver vraiment. Pour y arriver plus facilement, Géraldine a une astuce : « Éviter le total look. Oser mixer. Une ou deux pièces vintage dans un intérieur contemporain, une chaise Thonet par exemple. Ou a l’inverse, un tabouret Eames dans un intérieur classique. Ce qui donne de la personnalité à une chambre, c’est la singularité. » On apprécie d’autant plus ce conseil lorsqu’on découvre les trouvailles qu’elle a chinées pour nous.

Dans ces trésors du passés, elle trouve aussi l’inspiration pour développer une entreprise où l’on regarde un peu plus loin. « Il y aura toujours les inconditionnels de l’achat. Mais aujourd’hui, quand on pense à la sur-consommation, aux forêts qui se raréfient, à la pollution des mers et océans… Je pense que la location est la manière cohérente d’aborder les décennies à venir. Vaut-il mieux laisser à nos enfants un berceau ou une planète pour vivre ? » La réponse est évidente. La mise en pratique, pas toujours. Alors l’arrivée de bébé, c’est peut-être ça, le bon moment pour commencer.

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !