Passer 2 mois en confinement, c’est une épreuve. Et pour les parents, cela a pu challenger le couple. Sous tension, moins disponibles, davantage à fleur de peau, la relation amoureuse n’a pas toujours été évidente à gérer et le duo que vous formez a pu se sentir ébranlé. Mais comme toute épreuve, elle peut nous aider à en sortir plus forts. Liliane Holstein, psychanalyste et auteure de La Magie du couple heureux, nous donne des pistes pour se sentir pousser des ailes. A deux. 

 

Nous avons du faire face à une situation inédite. C’est ce sentiment de “jamais vu” qui nous a tant déstabilisé ?Nous nous sommes retrouvés à vivre comme nos ancêtres, qui travaillaient en famille, à la maison en opposition à nos schémas actuels courants : le foyer à la maison et le travail à l’extérieur. Nous avons du tout recentrer au sein d’un même et unique lieu. Excepté que nos surfaces d’habitation sont majoritairement plus petites, surtout dans les grandes villes. Si le confinement non choisi a pu présenter des frustrations et des difficultés d’adaptation logique, il a également fait ressortir des choses positives : les gens se sont recentrés sur le couple, la protection de la famille, le tri de la maison mais aussi le tri dans ses pensées. Cela a pu simplifier des choses. Mais la situation imposée avec ce qu’elle génère de tensions, d’inquiétudes et de frustrations a été également une épreuve à laquelle il a fallu très rapidement répondre. 

De nombreux couples de parents se sont sentis fragilisés par l’organisation, le manque de temps, le télétravail de l’un et de l’autre. Et pour certains le déséquilibre : l’un travail, l’autre doit s’occuper des enfants. Comment peut-on faire de ces frustrations, quelque chose de positif pour la suite ?
Effectivement, tout est une question de dosage mais aussi de comportement : Celui qui ne travaille pas doit comprendre la situation de stress et de rush de son partenaire en (télé)travail et celui qui est en activité doit par ailleurs être raisonnable, ménager du temps avec l’autre, et sortir le plus apaisé possible de sa session de travail. C’est très difficile de télétravailler dans ces conditions mais ce que vit celui ou celle qui s’occupe majoritairement du foyer et des enfants et tout aussi héroïque. Ni l’un, ni l’autre ne doit tomber dans la victimisation ou la surenchère au risque de créer du conflit. C’est le même schéma avec le déconfinement. Les enfants ne vont pas tous allés à la crèche ou à l’école, le télétravail se poursuit pour beaucoup de couple, d’autres doivent retourner à leur bureau. Chacun devra prendre à nouveau conscience des difficultés et de l’engagement de l’autre. 

Au quotidien, que faut-il faire pour se nourrir l’un de l’autre et éviter ainsi de semer des graines de discordes et de frustrations ?
Il faut se parler plus que d’habitude, se remercier mais aussi se prendre dans les bras, avoir des gestes tendres dès que l’on se croise, que l’on se parle. Le contact physique libère des endorphines. On désamorce des situations compliquées juste en se prenant dans les bras.  Si on ne le fait pas, il faut mettre cela sur le compte de la flemme affective ! La clé est de montrer sa reconnaissance vis à vis de l’autre, de ce qu’il fait pour la famille, le foyer. C’est cette bonne volonté qui sauve. Si l’un ou l’autre monte sur ses grands chevaux, il faut éviter la surenchère et chercher à apaiser le dialogue. Tout passe par le ton de sa voix. Nous avons en effet des neurones miroirs qui réagissent en réponse à l’agressivité de l’autre : Tu t’énerves alors je m’énerve. En adoptant un ton plus doux et plus engageant, on envoie à l’autre un bon signal. De nos jours, les temps de répit sont souvent des temps d’écran. Il est nécessaire d’être encore plus vigilant à faire de ces temps calmes, des parenthèses pour se regarder et partager des échanges de qualité. On n’a plus rien à se dire après 2 mois de confinement ? C’est une fausse excuse ! Il y a mille ressources : la parole d’un enfant, une pensée, un article qu’on a lu…C’est aussi un temps de réflexion qu’il est bon de s’accorder. Cette vague de changement va nous donner envie de vivre autrement…Et si on en parlait ?

Quelle force peut-on puiser dans cette période qui a pu être une épreuve ?
On a vécu cela, ainsi que toutes les autres difficultés à venir, avec beaucoup de courage et il faut se dire que tout cela nous a certainement rendu invincible sur beaucoup de sujets. On se sentira sans doute plus confiant et plus légitime aussi. On peut aussi prendre conscience que nous avons, ensemble, réussi à faire tourner la tribu. C’est la notion de solidarité familiale qui prend tout son sens. Et cette force va forcément nourrir la famille pour longtemps.

Photo : @fotografie_eweliny

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !