Depuis la rentrée (et ses nombreux changements !), votre petit loir ne veut plus fermer l’oeil avant mille rituels. On vous donne les clés pour le réconcilier avec le coucher.

Faire une frise des rituels
La routine est ce qui rassure le plus les enfants et ce qui leur donne un maximum de confort et d’assurance. Un enfant, qui plus est quand il a moins de 4 ans, a besoin de savoir ce qu’il va faire …après ce qu’il est en train de faire. Les habitudes le sécurisent. Sur ça, tous les spécialistes sont d’accord. Fabriquer (avec ou sans lui), une frise/poutre qui illustre chaque étape de ce rituel du coucher (bain – pyjama – repas – jeux – brossage de dents – lecture, etc.) peut être très bénéfique pour le guider tranquillement jusque dans les bras de Morphée. Si on n’est pas manuel, on peut tout aussi bien lui répéter à l’oral tout ce qui va se passer et dans quel ordre. Vous verrez, il va très vite retenir ces rituels et vous le faire remarquer si vous sautez une étape !

Mettre en place un moment calme.
Le soir, les enfants accusent le coup de la fatigue et de l’excitation de toute la journée. Qui plus est quand elle est remplie de nouveautés (visages, rythme, école, …). Le plus gros du boulot pour amorcer un coucher rapide et serein se joue finalement dans les deux heures qui le précèdent. “Juste après le repas je dis à ma fille de 3 ans que maintenant on entre dans le moment calme. Elle s’agite un peu mais comprend vite que ce sont les 30 dernières minutes avant de se coucher…et que le compte à rebours est lancé …en toute sérénité. On met de la musique douce (pas de comptines sinon elle se lance dans un show !), elle sort deux puzzles qu’elle adore, elle les fait tranquillement avec son papa ou moi (l’autre couche son tout petit frère). Quand elle commence à négocier à re-re-re-faire le même puzzle, son papa lui propose soit un petit massage, soit d’écouter la musique et de deviner les instruments. Ce qui permet de la faire redescendre rapidement. De mon côté, j’anticipe le next step en lui rappelant doucement qu’ensuite je l’attends dans la salle-de-bain pour se laver les dents. Elle est tenue au courant ! Anticiper les choses est indispensable pour fluidifier le coucher.” nous confie Sophie, maman de Madeleine. 

Les outils magiques de Stéphanie Couturier :

Auteure de livres très très très efficaces (parole de maman d’enfants récalcitrants), Stéphanie est LA sophrologue et thérapeute psychomotricienne qui a tout compris aux enfants. Elle partage ses outils faciles à appliquer dans son livre Aidez votre enfant à bien dormir (ed. Marabout)

Y aller à  pas de souris
Un outil très efficace pour déplacer (sans forcer !) votre enfant récalcitrant jusqu’à son lit. L’idée ? L’inviter à rejoindre sa chambre à petits pas de souris (= sans faire de bruit) ou en rampant discrètement. Bref, lui donner envie d’aller dans sa chambre par le jeu mais sans l’exciter. Vous voyez ?

Ecouter les bruits de la nuit
Une fois votre enfant allongé dans son lit, asseyez-vous à côté de lui dans la pénombre et invitez-le à écouter les bruits de la nuit pendant 5 minutes. Chacun explique, en chuchotant, ce qu’il entend. Cela rassure l’enfant (le bruit du radiateur peut rapidement stimuler l’imagination débordante de votre enfant) et l’apaise pour l’accompagner vers l’endormissement. 

Glisser des photos qui l’apaisent
Une fois le dernier bisou déposé sur sa joue, proposez-lui de glisser une photo de vous ou de vous avec son papa dans le lit. Cette photo prendra symboliquement votre place. On vous encourage à la plastifier ! 
“Avec notre fils de 4 ans, on est allés encore plus loin en développant des polaroids de tous les membres de la famille qui comptent beaucoup pour lui. Il les a accrochés lui-même au mur. Tous les soirs avant de dormir il les regarde et ça a tout changé ! On peut partir de la chambre sans crise de larmes” nous confie Louis, papa de Charles. 

Dire bonne nuit à TOUT le monde
Proposez à votre enfant de dire bonne nuit à 10 personnes/objets : “Bonne nuit Jojo le lapin”, “Bonne nuit doudou”, “Bonne nuit mamie”, “Bonne nuit mon jouet préféré,”…Un petit rituel qui marque le top départ vers une nuit apaisée. 

Dans son livre Aidez votre enfant à bien dormir (ed.Marabout), Stéphanie Couturier livre encore plus d’outils à mettre en place très rapidement, et nous soumet des exercices de relaxations parfaits pour les 5-7 ans. 

 

 

Source : @Amelia Fullarton

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !