Photo : Wang Xi 

 

Pas toujours facile de parler de la mort avec les enfants. Ce sujet qui les préoccupe généralement vers 4-5 ans nous laisse parfois un peu désemparés. Surtout quand ils sont confrontés, si jeunes, à la perte d’un être cher.  Pour amorcer ces questions abstraites, voici 1 livre et 1 film lus / vus et approuvés par la rédac’.

 

1 livre : Capitaine Papy de Benji Davies (ed.Milan)


Le pitch 
Tim rend visite à son grand-père mais la maison semble vide. Le petit garçon entend enfin son papy au grenier qui l’invite à monter. En haut de l’échelle, Tim découvre une large porte qui s’ouvre sur un énorme paquebot. Le petit garçon et son grand-père naviguent ensemble sur les mers agitées jusqu’à arriver sur un île exotique. Grand-père et Tim y construisent une cabane, prennent le thé, se baignent sous une cascade…Et voilà que Capitaine Papy a quelque chose à dire à Tim : Il va s’installer ici, dans ce petit paradis, avec les orangs-outans, les perroquets et les belles tortues. Tim dit “adieu” à son papy, affronte avec courage la mer et rentre à la maison. Quand il retourne au grenier, la grande porte a disparu. Comme si elle n’avait jamais existé…

Pourquoi on aimé :
Ce livre qui a reçu le Children’s Book of the Year en Angleterre raconte de façon très poétique et subtile le départ d’un papy pour le grand voyage. Si les petits n’y verront, dans un premier temps, que l’histoire d’un grand-père qui part à l’aventure, la deuxième lecture accompagnée d’un adulte sera d’une aide précieuse pour aborder cette question si abstraite : il est où maintenant Papy ? Il fait quoi ? Il pense à moi ? Les illustrations colorées sont d’une beauté folle, à l’image de l’univers de l’ouvrage “star” de Benji Davies : L’Enfant et la baleine. 

Dès 3 ans. 

 

1 film : Coco

Le pitch :
Au début du film, tout le monde s’apprête à fêter El dia de los muertos, pour rendre hommage aux ancêtres morts. C’est aussi le jour du grand concours de musique de Santa Cecilia en hommage au grand chanteur Ernesto de la Cruz, idole du jeune Miguel Malheureusement, la musique est bannie dans sa famille depuis plusieurs générations. Interdit de concours, Miguel s’enfuit de chez lui, se réfugie dans le monument honorifique du chanteur… et va se retrouver au royaume des morts.

Pourquoi on a aimé : 
La mort est abordée de manière joyeuse et dédramatisante. Images colorées, airs mexicains super entraînants… Le monde des morts est chaleureux, on y vit comme chez les vivants. Et ça, pour des enfants, c’est super rassurant. Miguel y rencontre Hector, un personnage attachant séparé de sa fille malgré lui : les liens familiaux sont au cœur de cette histoire émouvante. On ne va pas vous dire la fin, mais préparez vos mouchoirs …Un film qui réchauffe les coeurs et offre des réponses réconfortantes aux enfants. 

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !