Qui n’a jamais pensé aux fleurs pour transmettre un message ? Composer des déclarations végétales, c’est le métier de Virginie Martel, fondatrice de Les Jolies Feuilles. Cette maman passionnée a longtemps rêvé de devenir fleuriste avant d’oser se lancer. Pour notre plus grand plaisir ! On n’a pas résisté à lui faire appel pour la végétalisation de notre pop-up d’été. Et à l’arrêter dans sa course au retour de Rungis, en pleine saison des mariages, pour lui demander de nous raconter son histoire.

Aux racines d’une belle pousse

Dans une autre vie, Virginie a travaillé dans la communication, le graphisme et l’édition. L’envie de devenir fleuriste était bien là, nourrie par les souvenirs des journées chez sa grand-mère, à la campagne. Mais se lancer a pris du temps. “À chaque remise en question, je m’imaginais devenir fleuriste. Mon entourage était réticent car, c’est vrai, ce n’est pas un métier facile. J’ai été beaucoup dissuadée avant de prendre la décision.”

La fin d’un contrat et l’approche de la quarantaine poussent Virginie à saisir sa chance, avec une envie : “Je voulais avoir la liberté de faire mes achats, de voir mes clients en direct, d’être dans la création et pas dans la production.” Elle lance Les Jolies Feuilles, sans attendre et sans diplôme, sur un marché où elle vend ses premiers bouquets. Un entraînement intense, qui lui permet de trouver son style et lui donne d’autres envies. “Les gens n’imaginais pas que je pouvais faire plus que des couronnes ou des bouquets de mariées, car je n’avais pas de lieu où les recevoir et leur montrer mes créations. J’ai eu l’opportunité d’ouvrir une petite boutique à Seine-Port, là où je suis basée aujourd’hui.”

Tout dire avec des fleurs

Depuis, Virginie fait parler les couleurs et les matières. Sa signature ? Des compositions 100% personnalisées où elle sublime le ton sur ton. Si l’inspiration lui vient au détour des réseaux sociaux, où de nombreux clients l’ont trouvée, elle regarde au-delà des clichés de fleurs pour trouver des idées sans se comparer, et sans laisser le perfectionnisme prendre le dessus.

Ses clients sont également impliqués dans le processus créatif. “On commence par définir un style, des couleurs, ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’aiment pas. Puis je sélectionne les fleurs en fonction de la saison, de mes inspirations du moment.” La confiance est l’ingrédient clé pour Virginie, qui veille à leur offrir des créations à leur image. D’ailleurs, lorsqu’on lui demande ce qu’est un bouquet de mariée réussi, elle répond sans hésiter : “C’est un bouquet qui plaît à la mariée ! Il faut qu’elle soit émue lorsque je le lui livre. Il n’y a pas de recette. À chaque mariage, j’ai la pression pour réussir le bouquet de la mariée parce qu’il ne faut pas que ce soit moi qui lui gâche la journée !” Faire plaisir, voilà l’enjeu. À travers un bouquet, une arche où se dire oui, ou une suspension spectaculaire.

Virginie peut aussi compter sur les saisons, et les visites régulières auprès de ses fournisseurs, pour lui souffler de nouvelles idées. Pour faire plaisir à une jeune maman au début de l’été, elle conseille les pivoines. Et au cœur de l’hiver, les renoncules et les anémones sont mises à l’honneur.

Avancer les pieds sur terre

Si la passion de Virginie ne laisse aucun doute, on devine aussi les efforts et les choix imposés par ce rêve. L’équilibre financier, professionnel et personnel est d’autant plus difficile à trouver pour cette maman qui élève seul son fils. “J’ai plein de défis en moi. Réussir à vivre de ma passion, prouver qu’une maman seule peut aussi avoir de l’ambition, et pouvoir faire tout ça sur le long terme.”

Mais trois ans et demi après leur lancement, Les Jolies Feuilles continuent de pousser. “Le projet est en pleine mutation. En plus de la décoration florale pour des événements et des ateliers de composition florale, je vais proposer des bouquets en abonnement pour les particuliers, les entreprises et les comités d’entreprises. Je vais aussi transformer la boutique en atelier, et y ouvrir un pop-up à Noël.”On ne peut que lui souhaiter de nous faire rêver encore longtemps.

 

Photos : ©Dalale Photographie

1 commentaire

  1. 5 juin 2019, 20h07

    Quelle maman et femme inspirante ! Je lui souhaite plein de bonheur et de réussite avec ce beau projet !

Laisser un commentaire

Erreur : merci de remplir votre nom et votre e-mail !